Filière chocolat – Le cacao en quête de reconnaissance nationale

share on:

Presque à terre, les opérateurs de la filière cacao tentent de redorer le blason de leurs activités. Un salon se tiendra samedi à cet effet. Méconnu localement, le chocolat de Madagas­car à 100% cacao est pourtant reconnu mondialement. C’est en grande partie à partir de cette situation et au-delà de l’accomplissement de ses actions sociales que l’association Wednesday morning group (WMG) organisera, samedi prochain, la deuxième édition du salon du chocolat et de la gourmandise à l’hôtel Carlton Anosy. « C’est évidemment un évènement commercial en vue de collecter des fonds pour nos œuvres caritatives à l’endroit des habitants défavorisé du quartier d’Ankondrano Andrano­mahery. Mais en plus de cela, l’idée est aussi de redorer l’image de la filière au niveau local ou du moins donner la même reconnaissance nationale que le chocolat de Mada­gascar a déjà au niveau mondial », explique Gina Ralaimihoatra, ancienne présidente et responsable des relations publiques de WMG. Misant surtout sur la qualité mais largement dépassé sur la quantité, la production nationale de cacao malgache peine à atteindre les cinq mille tonnes annuelles. Un chiffre bien maigre comparé à la production ivoirienne qui avoisine à présent le record de deux millions de tonnes l’année. En plus de cette infime productivité, le cacao malgache semble aussi avoir de la peine à maintenir cette qualité à qui il doit cette reconnaissance internationale. Renforcement À cet effet, s’est tenu récemment dans la capitale, un atelier international, abordant l’amélioration du cacao à Madagascar face à la situation, presque catastrophique, à laquelle cette filière fait face. C’est ainsi, en continuité avec ces initiatives que les principes de l’organisation du salon de samedi seront effectués. Tous les principaux acteurs du secteur répondront présent lors de l’évènement. Du plus petit chocolatier artisanal, en passant par les plus grands producteurs industriels jusqu’aux partenaires techniques et financiers. Notamment Menakao Madagascar et Chocolaterie Robert pour les plus grands exploitants, la chocolaterie Robert, BIjor ou autre Hediard pour le volet de la chocolaterie fine ou encore DHL et BNI Madagascar, entre autres, pour les partenaires techniques et financier. « Nous soutenons l’évènement ainsi que la filière sur le plan technique et financier depuis la production de base du cacao à Ambanja jusqu’à l’exportation du chocolat malgache sur le marché international afin que ce dernier puisse enfin avoir la place qui lui revient sur le plan économique du pays », explique conjointement les responsables de DHL et BNI Mada­gascar. Pour cette deuxième édition, vingt-cinq stands seront érigés au Carlton contre une quinzaine, lors de la première. Pour l’unique journée du samedi, WMG table sur deux fois plus de visiteurs par rapport à l’année dernière soit un peu plus de deux mille personnes. Harilalaina Rakotobe

Leave A Comment Below
ALSO READ   I’ve shown competence to succeed Ajimobi —Adeyemo, Oyo Deputy Gov
share on: