Désordre au port de Toamasina – Des usines menacent de fermer

share on:

Le dysfonctionnement au port de Toamasina a fait monter le ton aux groupements d’opérateurs.  Le port avance des solutions à moyen terme. Situation exceptionnelle, mesures non exceptionnelles! Le port de Toamasina est acculé. « Il n’y a pas de solutions miracles à cette situation exceptionnelle sans précédent, dans laquelle vit, depuis l’année dernière, le port de Toamasina », dénonce Eddy Christian Avelin, directeur général de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT). II admet, de ce fait, que le port est asphyxié, car le problème structurel entraîne des conséquences regrettables aux opérateurs éco­no­miques. « L’import-export a connu un dynamisme inhabituel en 2017 avec un mouvement de plus de deux cent cinquante mille containers, si en 2016, le port en avait enregistré deux cent neuf mille », poursuit-il. Depuis le début de l’année jusqu’à aujourd’hui, le Grand port a déjà assuré la gestion de quarante mille containers. Un volume en augmentation par rapport à l’année 2017 et à l’année 2016. Les importations augmentent mais la superficie de 63 ha n’a jamais pour autant connu d’extension, et toutes les opérations se déroulent sur un seul quai. « Ce flux, en perpétuelle augmentation, a été prévisible depuis 2009. Mais les cinq ans de crise n’ont pas fait bouger les projets d’amélioration. Cependant, des projets d’extension avec les Japonais auraient bel et bien lieu», indique encore le DG de la SPAT. Ce dernier avance toutefois, en perspective, un aménagement de cinq hectares au sein du port même d’ici la fin de l’année. Les autres maillons de la chaîne tels le gestionnaire du terminal à containers (MICTSL), le Gasy net ou encore les transporteurs sont tenus de fournir d’autres efforts. « MICTSL et la douane promettent la venue prochaine de nouveaux matériels », rassure Eddy Christian Avelin, qui tenait à indiquer au passage que le dernier bateau en rade accostera ce jour au port. Conséquences Treize groupements d’opérateurs tels que le GEFP, le GEM, le Gapcm, le Gpcad, le Genom, le Gepat, le GEMT, le GEVM, la CCI France-Madagascar, le SIM, le GPAM, le Goticom et Fiova se plaignent en effet du dysfonctionnement au port de Toamasina. « Les usines ne sont plus approvisionnées régulièrement, le marché local peine à être ravitaillé en produits vitaux », énumèrent-ils dans un communiqué. Ces groupements se plaignent en outre que les entreprises exportatrices n’arrivent plus à respecter les délais de production et de livraison. « Les usines fonctionnent au ralenti et certaines sont au chômage technique. Nous demandons à l’administration de prendre dans un bref délai, les mesures adéquates pour fluidifier les opérations de déchargement, de chargement et de dédouanement des containers au port de Toamasina », lancent-ils. Des mesures à court-terme sont ainsi attendues car il va sans dire que la situation de désordre étouffera bientôt toute l’économie à cause de cet engorgement du port de Toamasina, qui assure à près de 90% le ravitaillement de tout le pays. Les projets d’extension ne commenceront encore qu’en 2020 pour durer sept ans. Mirana Ihariliva

Leave A Comment Below
ALSO READ   George H.W. Bush Hospitalised Days After Wife’s Death
share on: